« Jusqu’à combien vous pouvez baisser vos prétentions salariales? »

M’a demandé cette recruteuse. La pauvre, elle fait ce qu’elle peut avec ce qu’on lui donne.

Nous avions pourtant eu un bon premier échange, car mon profil correspondait trait pour trait à sa recherche: expérience confirmée en IT, en fusion-acquisition, en relations sociales, anglais courant, habitude des structures matricielles et des entreprises américaines.

C’était un CDD de 12 mois, ce qui ne me fait pas spécialement rêver, mais bon, je cherche un job et j’ai élargi ma recherche récemment aux CDDs.

Lors de notre premier entretien, j’ai été très claire sur mes prétentions salariales et j’ai poliment demandé si cela correspondait à son budget. La réponse m’a un peu surprise: « nous n’avons pas de budget, nous attendons de sonder le marché ». Le besoin est pourtant bien réel et immédiat: une société est rachetée qui attend d’être intégrée.

Quelques jours après, la recruteuse me rappelle: « votre profil intéresse beaucoup la manager, elle aimerait savoir jusqu’à combien vous pouvez baisser vos prétentions salariales. »

Ma réponse: « nous parlons d’un CDD. Vous savez qu’un salarié en CDD peut partir du jour au lendemain s’il trouve un CDI. Si je prends ce CDD et que je ne suis pas satisfaite du salaire, je risquerais d’être tentée de partir et cela n’est pas ce que vous souhaitez. Si je m’engage sur un CDD, c’est que je souhaite m’investir. En conséquence, je ne peux pas être flexible sur mes prétentions, qui reflètent mon niveau d’expérience et d’expertise. »

Ma réaction, dans mon esprit: « c’est pas les soldes! C’est quoi cette boîte qui appelle des candidats sans aucune idée de budget? Cela n’augure rien de bon »

Elle m’a répondu qu’elle comprenait. Je n’ai plus eu de nouvelles et curieusement je n’ai aucune envie de relancer! NEXT!

Ma recommandation: dans ces cas-là, plutôt que de jouer à la marchande avec une profil très qualifié, il aurait mieux valu adopter cette approche: « Notre budget est de XXk€, avec tel et tel avantages (Participation qui s’est monté à XXXX€ l’année passée, tickets-restau etc). Est-ce que cela pourrait correspondre à vos souhaits? »

Qui est la « DRH Incognito »?

Evidemment, tout le fun de mon blog est de garder une petite part de mystère.

Néanmoins, je rassure ceux et celles qui se demanderaient pourquoi j’ouvre ma grande gueule sur ce blog si je ne savais pas de quoi je parlais.

Donc, voici le détail de mon pedigree: j’ai fait une grande école de commerce (style Prépa HEC + Concours) et j’ai commencé ma carrière dans l’aéronautique. Après un passage éclair dans l’automobile (plus jamais, vraiment plus jamais), j’ai poursuivi ma carrière dans l’IT. En tout, un parcours de 15 ans, dans des entreprises de tailles différentes, de la startup au grand groupe, de l’entreprise bien franchouillarde à la multinationale américaine cotée en Bourse. Hormis mon premier job dans le recrutement, j’ai toujours eu des postes généralistes RH, dédié à la France et à d’autres pays (Europe du Sud et Benelux) donc j’ai une bonne vision d’ensemble du cycle de vie du salarié mais aussi des relations sociales françaises et des structures matricielles et multiculturelles.

Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

Comme je suis un peu victime du syndrome de l’imposteur, j’ai remis les pieds à la fac en formation continue (au menu: Coaching, Comp and Ben, CIPD). En termes de compétences-clé, je parle parfaitement l’anglais (longs séjours en pays anglophones) et je tente de ne pas oublier mes cours d’italien et d’allemand.

Donc, bon, au bout du bout, je sais de quoi je parle. J’ai bien conscience que tout le monde n’a pas le même vécu (et dans certains cas, tant mieux!) ni la même vision du métier.

J’ai profité d’une pause dans ma carrière (on peut appeler çà du chômage aussi) pour lancer ce blog, qui est un spin off de mon blog principal, où on cause de minimalisme et de véganisme, autant dire que mes billets « recherche d’emploi » faisaient un peu tache au milieu des vertus du tofu et de ma critique de Marie Kondo.

Bref, je suis la DRH Incognito. J’assume pleinement la féminisation de mon titre. Soyons honnêtes, dans la fonction RH, nous sommes 90% de femmes (hélas moins en postes de Direction car, pour une raison bien politique qui m’échappe, il n’est pas inhabituel de nommer un DRH qui n’a aucune expérience en RH, on ne va pas quand même pas promouvoir des RH de métier au détriment des petits copains).

Pour ceux qui ont du mal avec la féminisation des noms des métiers: il va falloir vous y faire. Nous avons des carrières qui ne valent pas moins que celles de nos homologues masculins et si çà vous dérange, c’est votre problème, pas le mien!

On recherche un(e) Responsable RH… en stage

La créativité de certains est stupéfiante! J’ai passé l’âge d’être en stage (après 15 piges dans le métier, je suis désormais du côté des maîtres de stage) et je ne regarde pas spécialement les offres de stage. Un stage est une période passée en entreprise pour apprendre et se former. A priori, j’ai passé ce stade il y a bien longtemps.
Très clairement, un(e) stagiaire ne doit pas se voir confier des tâches habituellement exécutées par des salariés. Même s’il faut bien apprendre et avoir de l’autonomie, une supervision est nécessaire. La loi protège les stagiaires de l’exploitation.

Certaines entreprises gagneraient à se renseigner sur ce qu’est un stage: un article officiel et facile à comprendre se trouve ici.

Bref, dans mes pérégrinations à la recherche de l’offre d’emploi idéale, je suis tombée sur çà:

Description de l’offre

En binôme avec le deputy CEO tes principales missions en tant que responsable RH seront :
– Le recrutement en interne
– La formation des employées
– L’intégration (et plus largement l’expérience collaborateur)
– La gestion de la marque employeur
– La gestion des compétences/carrières

Profil recherché

Étudiant(e) en École de commerce / Spécialisé RH, tu possèdes les qualités suivantes :
– Très bon relationnel et pédagogue
– Organisé et méthodique
– Apprend rapidement
– Rigoureux
– Ultra motivé, efficace, et persévérant

Si ajouté à cela tu as un profil entrepreneurial, que tu as au moins une expérience en RH et que tu veux monter une startup au niveau RH de 20 à 100 personnes. T’es la personne idéale pour ce poste !

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Je ne suis pas allé chercher plus avant à combien était indemnisé ce stage. Car un stage est indemnisé, pas rémunéré. Très clairement, beaucoup de choses ne vont pas dans cette annonce:

  • déjà le titre: on ne peut pas être stagiaire « Responsable RH » puisqu’on n’est pas « responsable » quand on est « stagiaire ». on signe les contrats de travail peut-être?
  • le stagiaire n’est pas rattaché à un professionnel du métier: comment est-il censé apprendre? Il n’est pas précisé quel est le profil du « deputy CEO ».
  • les tâches proposées sont celles habituellement exécutées par un salarié. Je serai l’Inspection du Travail, j’irai jeter un oeil dans cette entreprise. Ce n’est pas parce qu’on est une start-up qu’on peut s’affranchir des lois.

Ma recommandation: chères start-up, ne mettez pas en péril la survie de votre entreprise en vous improvisant RRH. C’est un vrai métier avec de vraies compétences, où on prend des sacrés risques si on fait n’importe quoi. Prenez un consultant, embauchez un RRH à temps partagé, mais pas un stagiaire. Certes, cela coûte plus cher, mais on paye pour la qualité de la prestation et pour éviter de grosses erreurs qui coûtent bien plus au final! Avoir une vraie structure RH est un investissement, certes, mais le retour sur investissement est garanti.

On recherche un(e) « International HRBP » qui doit faire l’unanimité et à petit prix

Aaaaaaah, les start-ups, toujours promptes à demander la lune à leurs RH. Ci-dessous une offre diffusée pour recruter un(e) « International HRBP ». Sur la forme, rien à dire, tout y est: mission, profil, compensation et process de recrutement. Mais le fond… Pas sûr que cette annonce donne envie, en tout cas pas à moi, mais je ne suis définitivement pas dans la cible.

Je ne suis pas fan du gloubiboulga d’anglais et de français. Si on demande un anglais courant, on fait son annonce en anglais, point barre. Pourquoi se fatiguer à faire une traduction? Ou alors c’est pour se donner un genre?
Pas fan du tout d’être dans une équipe « Happiness and People ». Manquerait plus qu’être rattaché à un Chief Happiness Officer. La DRH Incognito n’approuve pas la création de cette fonction car elle ne comprend pas à quel moment les entreprises doivent être responsables du bonheur de leurs salariés. Bref, voici l’annonce:

VOTRE MISSION
Dans le cadre de son développement,
START UP X recherche un(e) HRBP (Human Resources Business Partner) International x-Market & Talent Acquisition Manager pour rejoindre la squad Hap’People (l’équipe Happiness & People !) dont le challenge est de : “Make people grow in an organization that grows itself really fast”!

1 HRBP
Dans le cadre de cette mission vous collaborez avec une 100aine de
salariés, dont une 20aine de Team Leaders.
Ils sont majoritairement de 3 métiers différents Sales, Marketing & Offer (le dernier né dans l’organisation !) et d’une 15aine de nationalités !!
Sparing partner, vous accompagnez les Team leaders dans la gestion de leurs équipes, dans la mise en place de leur OKRs (what’s that?!) et jouez parfois un rôle de coach ou médiateur
Talent partner, vous assurez un suivi individuel de ces 100
salariés et accompagnez leur développement/mobilité interne.
Culture gardener, vous élaborez et suivez avec les Team leaders des plans d’actions, individuels ou d’équipe, en lien avec notre outil de suivi de l’engagement, et vous promouvez les valeurs de l’entreprise
Business partner, vous animez pour vos tribes (regroupements de squads) les grands moments clés du développement : performance review à chaque fin de période, salary review en début d’année et proposition de salaire au newcomers, roll out de la campagne 360° à mi-année et remontée des besoins en formation.
Vous vous appuyez pour cela sur le travail de la HRBP cross-Market & Talent Development Manager, avec qui vous formez un vrai binôme.

2 Talent Acquisition
Dans le cadre de cette mission (et même de vos propres entretiens !) vous découvrirez un processus de recrutement extrêmement décentralisé & collaboratif.
Vous aurez alors à encourager et potentialiser cette dynamique en
travaillant notre stratégie d’Employer Branding (très en lien avec la squad Brand et la communication interne) mettant en place les bons partenariats pour assurer un sourcing qualitatif et équitable faisant monter en compétences l’ensemble des Team Leaders de l’entreprise (une 40aine) sur ces aspects recrutement (de la rédaction de l’offre à la remise de proposition)
optimisant les étapes de pré-sélection (call, video, test,…) avec notre HR assistant participant aux dernières étapes de sélection avec les équipes quand nécessaire

3 Projets transversaux
Selon vos goûts et envies, vous participerez à d’autres projets transversaux :
Flexibilité, Déconnexion,… dans la suite notre accord sur le temps au travail négocié avec la DUP
Team Orga, Team Reward ou Game Team…
Mise en place de nouveaux outils, de nouvelles analyses pour avoir une fonction RH de plus en plus Data Driven
Facilitation d’agora ou workshops en tout genre … et participation au programme Collaboration@200

Preferred Experience
YOUR PROFILE

Si vous aimez les organisations innovantes et avez envie de réinventer la fonction RH et le ‘voyage salariés’ dans l’entreprise, nous avons sûrement des choses à nous dire !
• You have at least a first experience in a similar position (HRBP and/or Talent Acquisition Management)
• You’re as autonomous as team player
• You like to build an HR strategy as much as you like to be an hands-on partner
• You love to understand people and find their motivators
• Your friends tell that you are reliable, honest, and positive
• You have good communication skills (written and oral)
• You speak both French & English, that’s why this offer is kind of a mix !
• Your previous employer says that you are organised, rigorous and you feel that you can help us to better anticipate and to better emerge on the Internet
• If you care about sustainability and/or nonviolent communication this is a plus !
• Well, and you see yourself in our values of course : Collaboration, Authenticity, Trust, Passion, Curiosity and Iteration (you can have a look at a dictionary for this one !) and you feel embarked by our mission to Free People’s curiosity for the unknown!
Vous êtes passionné(e) de voyages et vous avez envie d’en faire un avec nous… alors la Squad Hap’people is looking forward to welcoming you !

Recruitment Process
• Probably 2 rounds with 1 study case to prepare on site
• 5 to 8 people to meet
Additional Information
• Contract Type: Full-Time
• Start Date: 20 May 2019
• Location: Paris, France (75009)
• Education Level: Master’s Degree
• Experience: > 4 years
• Salary: 45000€ / year

Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

J’ai masqué le nom de l’entreprise, car les salariés s’y voient attribué un sobriquet (ex: on ne dit pas un « salarié de Google », mais un « Googler » – pour moi, çà reste un être humain, mais bon, je ne travaille pas chez Google). Un tic typique des start ups, comme si elles avaient peur que leur identité ne soit pas assez forte sans devoir s’approprier leurs ressources humaines en leur trouvant un adjectif dédié.
On passera sur le côté « Culture gardener », car perso, je n’ai pas la main verte. Les gardiens de la culture, ce sont les cadres dirigeants, car l’exemple vient du haut, quoi qu’on en dise.

Pourquoi je râle? Cette annonce n’est pas la pire de ce que je rencontre quotidiennement. Elle est détaillée, elle indique clairement les missions, le profil et le process de recrutement. Le salaire n’est pas ouf, mais pour 4 ans d’expérience, cela reste correct.

OUI MAIS… Pour un poste à 45k, doit-on mobiliser 8 personnes pour les entretiens, soit 8% de l’effectif? Typique des start-ups, où il faut que les nouveaux venus fassent l’unanimité. C’est beaucoup trop demander, surtout que les opérationnels ont généralement une idée très vague de ce que peut et doit faire une fonction RH. Du coup, c’est mission impossible de contenter tout le monde, entre celui qui préfère le côté « assistante sociale », celle qui est plutôt branché Coaching et enfin le patron qui veut juste refourguer tout l’administratif aux RH parce que bon, il n’aime pas faire lui-même ses notes de frais.

Ma recommandation: on supprime le poste de Chief Happiness Officer et avec les économies faites, on met en place un vrai service RH, avec une fonction de RRH de proximité qui assistent les salariés sur leurs questions RH (et uniquement leurs questions RH) et un HRBP qui aide les managers à manager. Ensemble, ils ou elles réfléchissent aux projets transversaux.

Revenons sur le passage « selon les goûts et les envies » car cela mérite qu’on s’y attarde. C’est censé vendre du rêve mais c’est totalement irréaliste. Parce qu’au bout du bout, cette approche « à la carte » n’est pas possible dans la fonction RH. Et si personne ne voulait s’occuper des relations sociales? Et si personne ne voulait faire la paye? Alors on n’assure plus les missions RH de base? Il y a des limites à la démocratie et la vie en entreprise n’est pas une démocratie.

Bref, on est encore une fois face à un cas typique de start up, qui a désespérément besoin d’une fonction RH mais qui a l’intelligence de le faire savoir au marché!

On recherche un(e) « HR Coordinator » avec des « perks » de folie (ou pas, selon les avis)

Vue ces jours-ci sur LinkedIn, une start-up (évidemment) qui recherche un « HR Coordinator » à Paris. L’annonce est évidemment en anglais.

Rien à signaler sur le contenu des missions, c’est trop junior pour moi (faire des background checks, tenir les dossiers du personnel à jour, entre autres…) mais honnêtement, rien de déconcertant, c’est un authentique job de HR. Le profil recherché est dimensionné par rapport aux missions, donc bon, c’est une annonce plutôt standard.

C’est du côté des « Benefits » (tout ce qui n’est pas éléments salariaux purs) que j’ai trouvé cette annonce intéressante:
– MacBook Pro, and a smartphone (you will have to choose between Galaxy or iPhone – make the right choice !)
– Unique ‘cloudy’ culture: our people are diverse, passionate and easy to work with.
– Enjoy our uncapped holiday policy and your birthday off.
– Cloudy University: our continuous learning platform that will provide training and career development opportunities.
– Our office is filled with free drinks and snacks, Playstation 4, board games and bean bags.
– Meal vouchers and “Cloudy Lunch” where every Friday we take over a local restaurant. Enjoy, it’s on us!
– We kick-off every new financial year by getting together in a cool destination, this year Cancun!

Mes commentaires:

Point N°1: Choix du matériel informatique.
Perso, je ne suis pas fan de MacBook, mais bon, c’est un outil comme un autre, je prends ce qu’on me donne. Je ne suis pas « fan » de Lenovo ou de Dell non plus. Je n’ai aucune préférence, tant que çà marche!
Ce n’est pas la première fois que je vois le choix d’un téléphone portable étant promu comme un avantage (encore une fois, tant que mon téléphone portable fonctionne et me permet d’utiliser les applications dont j’ai besoin, çà me suffit).

Point N°2: La culture d’entreprise!
Pourquoi pas, mais je ne vais pas payer mes courses à Lidl avec. Pour moi, la culture d’entreprise se vit plus qu’elle ne se vend.

Point N°3: Vacances illimitées et congé pour anniversaire.
Je déteste travailler pour mon anniversaire, donc je trouve çà top. Un jour par an et par salarié, c’est un petit geste et c’est faisable. Surtout si les salariés nés un jour férié arrivent à en profiter.
Les vacances illimitées me posent en revanche problème. D’une part, comment est-ce que cela se goupille avec le droit du travail français? Comment s’assurer que les salariés prennent bien leurs droits à congés? Les études américaines montrent que les salariés bénéficiant de « vacances illimitées » prennent moins de congés que les autres. C’est donc une belle fausse promesse de travailler moins. Pour moi, c’est non. Il n’est pas si difficile de gérer le temps de travail de façon équitable.

Point N°4: Université d’entreprise
Je ne sais pas trop quelle réalité cela recouvre. Mais c’est plutôt bien, les salariés sont toujours intéressés pour être formés.

Point N°5: Ambiance chambre d’ado
Mettre à disposition des boissons et des snacks, déjà, me pose la question de l’équilibre alimentaire. Les boissons, chaudes ou froides, OK, si elles ne sont pas sucrées ou alcoolisées. Les snacks, je pense que c’est une mauvaise idée à long terme, car rien ne vaut des repas structurés et équilibrés. Pas besoin de favoriser le diabète des salariés ne leur fournissant des sucreries à profusion.
Une Playstation 4, perso, je m’en cogne. Ce seront toujours les mêmes qui l’utiliseront et qui seront perçus comme des branleurs. Et au bout du bout, personne ne l’utilisera plus.
Quant aux jeux de société, je suis mitigée. Pas très envie de me faire un Monopoly sur mes heures de travail.
Les Bean bags? Euh. Vraiment? Quitte à avoir un benefit, je préfère une place de cinéma.

Point N°6: les tickets-restau et un repas d’entreprise tous les vendredis
Les tickets-restau sont appréciés de tous, mais doivent être cofinancés, c’est la loi. Donc ce n’est pas tout bénef.
Le lunch du vendredi semble avoir été mis en place pour lutter contre le home office adjacent au weekend. Pourquoi pas. Attention à l’avantage en nature vis à vis de l’URSSAF.

Point N°7: le voyage d’entreprise
Un benefit que je trouve dangereux à manipuler. Cancun, sur le papier, çà fait rêver.
J’y vois plusieurs bémols :
– Est-ce qu’un RH junior sera convié? Et tous les ans?
– Combien de temps dure la petite sauterie? 10 heures d’avion pour passer 3 jours sur place avec le jetlag dans la tronche, c’est plus une punition qu’une avantage pour moi.
– Quant au principe du voyage d’entreprise: a-t-on envie de voir Thierry de la compta faire du jet ski? Marie la directrice commerciale sur une planche à voile? Et surtout: a-t-on envie de voir son boss en maillot de bain?
– C’est un avantage en nature sur lequel le salariés paiera des impôts. C’est tout de suite moins sexy. merci l’URSSAF

Photo de Pixabay sur Pexels.com

En synthèse, c’est un peu décousu, mais pas si mal. On voit bien que la politique de Compensation and Benefits manque de structure et de maturité. Je perçois la culture d’entreprise comme très jeune et plutôt masculine. Quid de la diversité? Rien n’est fait pour les parents ou les propriétaires d’animaux de compagnie.

Souvenir d’un Cabinet de recrutement vraiment WTF

Il y a quelques années, j’étais en recherche d’emploi et j’allais bientôt rencontrer en entretien physique un chasseur de tête. J’ai reçu un appel d’un consultant du même cabinet. C’est une vieille histoire, datant du temps où LinkedIn n’était pas en français. La dame:

  • « J’ai vu votre CV sur le bureau de mon collègue.
  • OK.
  • J’ai vu que vous aviez travaillé chez XYZ.
  • Tout à fait.
  • Je cherche un RH. Bon, le poste est trop senior pour vous, je voulais savoir si vous aviez des noms d’anciens collègues chez XYZ à me suggérer ?
  • (moi, mortifiée) Je pense que mes anciens collègues ne sont pas mobiles. »
Photo de Gratisography sur Pexels.com

La réponse honnête aurait dû est celle-là : « je ne travaille pas pour vous et à ce titre, je ne perçois aucune rémunération pour faire votre job à votre place. Vous me mettez dans une situation très délicate puisque je n’ai pas encore rencontre votre collègue pour un poste qui pourrait me convenir à moi et votre sens de l’éthique me semble très discutable. »

Une réponse sans filtre, si j’avais été en mesure de le faire : « Mais ça va pas la tête ? Je ne vais pas faire ton boulot à ta place et gratos en plus ! ».

On recherche un(e) HR Manager avec options GO, réservation de voyage et commande d’ordinateurs.

Comment faire rêver ces jeunes étudiants en RH, qui souhaitent « aider leur prochain » en entreprise… Ah pardon, on parle de la vraie vie.

Repérée aujourd’hui sur LinkedIn, une offre pour un « HR Manager ». Quand on lit le descriptif du poste, on se demande bien ce que la personne va « manager ». Ah si, les réservations de voyage! çà sent la start up où on refourgue à la fonction RH tout ce que le dirigeant-fondateur-CEO-maître du monde n’a pas envie de faire. En plus, ils précisent bien que la plupart des salariés ont un doctorat, donc a priori, on est chez des gens lettrés. Allez, je vous mets l’annonce, pour le fun…

Job description
Under the supervision of the Chief Financial Officer, your missions will consist in:
• Preparing the employment contracts;
• Handling the hiring and on-boarding processes;
• Ensuring the regulatory compliance related to both French and foreign employees (visa, working permit…) and their settlement in a new country;
• Monitoring the payroll tool (outsourced service) and coordinating with our supplier;
• Making sure that our Admin/HR guidelines are followed and updated;
• Structuring the engineers’ performance assessment tools;
• Keeping an eye on social regulatory changes and helping implementing the mandatory employee committees accompanying company’s growth;
• Maintaining a startup mindset and fostering employees’ loyalty;
Organizing team events and other team building activities;
Helping preparing conferences, meetings and forums involving the company;
• Being proactive on transversal topics, like internal and external communication;
Following-up logistical aspects (office management, computer equipments…);
• On an ad hoc basis, managing employee travel.

Candidate profile
You are an experienced professional with several years of practice in human resources (mainly focused on personnel administration and HR tools and policies definition). You are attracted by startup environment, ideally in the tech industry, and are known for being versatile, autonomous and flexible in your daily tasks.
Fluent French and English are required (oral and written skills), as well as rigor and attention to details. Legal knowledge (especially French labour law) is highly appreciated.

Bon alors, qu’est-ce qui cloche? Déjà, la personne dépend du CFO, donc la fonction RH n’a pas de siège au CODIR, ce qui en dit long sur la maturité RH de l’organisation.
Ensuite, pêle-mêle s’enchaîne des missions stratégiques telles que le recrutement de salariés d’un niveau doctorat ou la compliance avec la loi française et bassement administratives – paye, commande d’ordinateurs et réservation de voyage. Et au milieu, on s’occupe des activités de « team building »!
Autant pour moi la Paye relève de compétences spécifiques, autant pour les ordinateurs et les voyages, ils peuvent se débrouiller sans « HR Manager » avec anglais courant, bien sûr. Pour les voyages, ils pourraient même se débrouiller tout seuls comme des grands. Quant aux activités de team building, non, cela ne relève pas de la fonction RH, mais du team manager. Filer un coup de main, OK; en être responsable, no way!

Photo de Belle Co sur Pexels.com

Ma préconisation: recruter quelqu’un de vraiment dimensionné et embaucher un office manager. En gras, les missions de l’office manager. Qui pourrait même faire réceptionniste, tiens, et aider le team manager pour la logistique de ces team events.
En tout cas, cette annonce, pourtant rédigée dans un anglais correct, ne donne pas du tout envie à un vrai « HR Manager » car il y a une vraie dissonance cognitive entre être le « Business Partner » dont une start up a nécessairement besoin et commander du matériel informatique. Je suis presque étonnée que ce « HR Manager » ne distribue pas les tickets-restau.

Je chipote peut-être. Mais pour moi, c’est un mauvais positionnement de la fonction et une erreur stratégique du dirigeant de refourguer des tâches sans valeur ajoutée à un « Manager ». Le jour où il faudra faire un licenciement disciplinaire ou mettre en place un CSE, la personne en charge devra être crédible. Or c’est difficile de construire sa crédibilité en commandant du papier-toilette.

Bienvenue dans le monde merveilleux de la fonction Ressources Humaines!

Mon blog principal commence à être un peu trop pollué par ma recherche d’emploi dans les Ressources Humaines, alors je me suis dit qu’il valait mieux en extraire les meilleurs billets et en faire un blog à part.

Je n’ai pas l’ambition de montrer mon savoir-faire de DRH sur ces pages, juste de relater mes petites aventures, surtout en tant que candidate. Car, oui, c’est évident, on peut travailler dans la fonction RH et être en recherche d’emploi. C’est même très courant dans ce domaine où l’offre est nettement supérieure à la demande. Beaucoup de jeunes diplômés s’orientent vers la fonction et ne trouvent pas de poste. Non que les entreprises n’en aient pas besoin, mais elles ne veulent généralement pas investir davantage pour la fonction, perçue comme un centre de coûts. D’où peu de création de postes, d’où peu de postes vacants, d’où recherche d’emploi massive…

Photo de Tim Gouw sur Pexels.com

Cela fait bien longtemps que je ne suis plus jeune diplômée et, à refaire, je m’orienterais peut-être différemment. Surtout que sortir des RH est mission impossible. Si jamais quelqu’un à réussi à changer de carrière (et à garder un salaire décent), qu’il/elle se manifeste en commentaire, çà m’intéresse!

Bref, sur ce modeste petit blog, je me propose de rigoler un peu de toute la connerie dont je suis spectatrice (et sans doute actrice) dans mon métier de Responsable RH / DRH / HRBP/ People Partner / Employee Success Partner.